Warszawa
Las
Malbork
Seaside

Informations

Superficie:
312,679 km2
Président de la République:
Andrzej Duda
Capitale:
Varsovie
Monnaie:
Złoty (PLN)
Population:
38,422,346
Premier Ministre:
Mateusz Morawiecki
Langue officielle:
Polonais
Circulation en voiture:
Conduite à droite

L'histoire de la Pologne

La Pologne est située en Europe Centrale et couvre la superficie de 312 679 km². Sa superficie la positionne à la 68ème place dans le monde entier et la 9ème en Europe. Le nom du pays vient de la tribu Polanie, son nom officiel  - la Pologne - est utilisé depuis le 11ème siècle. L’emblème du pays est composée d’un aigle blanc avec une couronne sur un fond rouge, le drapeau étant bicolore : en blanc et rouge. L’hymne national est nommé « Mazurek Dabrowskiego » et la capitale est, depuis 1596, Varsovie. Selon les dernières informations, la Pologne compte 38 millions d’habitants. La composition ethnique est homogène : 98% de la population sont d’origine Polonaise, les 2% restants provenant d’Allemagne, d’Ukraine, de République Tchèque, de Slovaquie et de Biélorussie. La Pologne avoisine l'Allemagne à l'ouest, la République Tchèque et la Slovaquie au sud, l'Ukraine et la Biélorussie à l'Est, la Lituanie et la Russie au nord - est. La frontière nord est déterminée par la mer Baltique. Le président polonais est élu au suffrage universel pour une période de cinq ans, Monsieur Andrzej Duda étant actuellement à la présidence du pays. La Pologne est un pays en pleine croissance, un pays moderne et membre de nombreuses organisations internationales, notamment de l'Union Européenne et de l'OTAN. 

En visitant la Pologne, on obtient une large gamme de possibilités: des belles villes historiques aux parcs nationaux, de beaux lacs avec une région impressionnante de Mazurie, les plages de sable de la mer Baltique, les montagnes avec les plus connues -  les Tatras ou se trouve le sommet le plus élevé - Rysy à 2499 mètres.

L’histoire de la Pologne est longue et complexe. Les débuts de l'Etat remontent à l'année 966, lorsque le prince Mieszko 1er est baptisé et commence à réunir les tribus. Son fils  - Boleslaw Chrobry est considéré comme le premier roi de Pologne. Il est couronné dans la première capitale polonaise - Gniezno et il commence la dynastie Piast. Boleslaw renforce la position du pays en Europe et divise la Pologne en unités administratives. En 1138, après la mort de Boleslaw Krzywousty, c’est une mauvaise période qui commence pour l'État en raison de la division du pays en principautés. La Pologne reste divisée jusqu'en 1320. Le roi Wladyslaw Lokietek réunit à nouveau les parties affaiblis du pays et son fils Kazimierz Wielki élargit considérablement la propriété de l'Etat. Kazimierz modernise la Pologne par la mise en place de nombreuses réformes et par des alliances fructueuses. Sa mort finit définitivement la dynastie Piast et le trône passe à Wladyslaw Jagiello, le prince lithuanien. C’est le début de la République des Deux-Nations formée par la Pologne et la Lithuanie. En même temps, Wladyslaw bloque fermement les chevaliers teutoniques à la bataille de Grunwald en 1410. Les Jagellons règnent avec prospérité sur la Pologne jusqu’en 1572, en développant notamment son prestige sur la scène internationale. Ils gagnent de nombreuses batailles contre la Russie et la Turquie. Cette période est appelée dans l'histoire polonaise « le Siècle d'or», c’est aussi la période du développement de la science avec Copernicus comme le meilleur exemple. Avec la mort du dernier membre de la dynastie des Jagellons – Zygmunt August commence l’ère des « élections libres ». Désormais le futur roi est élu par la noblesse polonaise. Le premier choisi par ce système est Henryk Valois, frère du roi de France, Charles IX. Cependant il fuit la Pologne rapidement.

Ensuite, la couronne est attribué à Stefan Batory - le Prince de Transylvanie, puis à la dynastie de Vasas originaire de Suède. Cela correspond à la période de guerres contre la Russie. Pendant le règne de Zygmunt III, la capitale est transférée de Cracovie à Varsovie. La première moitié du 17ème siècle est marquée par une grande défaite contre la Suède (nommée en Pologne « Déluge suédois »), le pays étant déjà affaibli par la lutte contre les Kozaks. Il n’y a que le roi Jan III Sobieski, écrasant les Turcs à Vienne en 1683, qui restaure le prestige de la Pologne pour quelques années. Malheureusement, le pouvoir des nobles est vraiment important pendant cette période. Cela devient la maladie du pays, conduisant par conséquent à sa lente décadence. Après la mort de Jan III Sobieski, la dynastie Saxonne prend le trône mais les rois sont complètement sous l’influence des nobles. Ils provoquent la participation de la Pologne dans la guerre du Nord et la mènent à l'esclavage ainsi qu’aux trois partages successifs– en 1772, 1793 et 1795. La Pologne disparaît entièrement de la carte de l'Europe pendant 123 ans, restant partagée entre les trois empires voisins: la Russie, l'Autriche et la Prusse. Les réformes du dernier roi Stanislaw August Poniatowski, notamment celle de la Grande Diète et de l'adoption de la Constitution du 3 mai, n’apportent pas les résultats escomptés. Après les trois partages, les Polonais initient des nombreuses tentatives afin de retrouver l'indépendance du pays. En luttant avec les armées de Napoléon Bonaparte, ils arrivent à créer un substitut du Royaume de la Pologne - le Duché de Varsovie - qui disparaitra avec la chute de l’empereur français. A la place du Duché, la Russie crée le Royaume du Congrès avec le Tsar comme chef de l'Etat. Les Polonais tentent de se battre pour la liberté mais ni l'Insurrection de Novembre en  1831 ni celle de janvier en 1863 n’apportent de résultats. La Pologne ne redevient indépendante qu’à la fin de la Première Guerre Mondiale. Le général Jozef Pilsudski devient le chef de l’Etat. L’évolution du pays recommence : l'industrie se développe, les villes s’agrandissent et se modernisent, la culture polonaise fleurit. La Pologne réapparaît sur la scène militaire en Europe, notamment en gagnant la guerre contre les Bolcheviks et en bloquant l'expansion du communisme en Europe occidentale. L’idylle se termine par l’éclatement de la Seconde Guerre Mondiale et la Pologne devient la première cible de l'Allemagne Nazie et de l'Union Soviétique suite au pacte de Ribbentrop - Molotov. Le 1er septembre 1939, la Pologne est attaquée par l’Allemagne. Le 17 septembre, l’armée soviétique traverse la frontière à l’est de la Pologne. Les Polonais se battent courageusement mais ils n’ont aucune chance, n’ayant pas reçu d’aide des pays alliés. Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, 6 à 10 millions de Polonais ont été tués et 90% des Juifs polonais ont perdu la vie dans les camps de concentration allemands (Auschwitz, Majdanek, Treblinka, Sobibor, etc.). La Pologne, trahie à nouveau pendant des conférences de Téhéran, Yalta et Potsdam, est soumise à la sphère d'influence soviétique après la guerre. Le commandement de l'armée AK et le gouvernement en exil à Londres ne sont pas assez puissants pour forcer les alliés à changer leurs décisions défavorables à la Pologne. Les nouvelles frontières deviennent la réalité et se réfèrent à la forme initiale de la Pologne du XIème siècle. Les villes importantes, comme Lviv et Vilnius, sont définitivement perdues pour les Polonais.

Après la guerre, la Pologne devient un pays communiste. Le parti communiste est complètement sous le contrôle de Staline. La Pologne est en partie détruite et se lève lentement. Les réformes communistes sont instaurées, notamment sur la nationalisation de l'industrie et la collectivisation de l'agriculture. En 1952, le pays est renommé « la République Populaire de la Pologne » en vertu de la nouvelle constitution. C'est aussi un moment de répressions contre les personnes du gouvernement en place à Londres et l'armée AK. La mauvaise situation économique et les multiples répressions poussent les Polonais à protester contre le gouvernement communiste. Cette situation conduit le peuple polonais à mener des grèves brutalement réprimandées, à Poznan en 1956 puis à Gdansk en 1970. Ces faits soulignent la bestialité des communistes. Le gouvernement, avec le premier ministre Edward Gierek, tente d’améliorer l'image du pouvoir sans réel changement. En parallèle, la situation économique du pays devient de plus en plus compliquée. En 1978, Karol Wojtyla est élu Pape - Jean-Paul II - et commence à parler de l'inévitable fin du communisme. En 1980, le mouvement syndical « Solidarité », dirigé par Lech Walesa, est formé et commence le combat contre le gouvernement. En 1981, le chef d’Etat Wojciech Jaruzelski décide d’instaurer l'état de guerre qui dure jusqu'à 1984. En 1988, les communistes invitent la Solidarité aux négociations politiques. Un an plus tard, la période du communisme en Pologne est officiellement terminée. En 1990, le Parti communiste est révolu et la Solidarité gagne les premières élections démocratiques, Lech Walesa devenant Président. La Pologne commence un long plan de réformes économiques et sociales. En 1998, elle rejoint l'OTAN et est acceptée par l'Union Européenne en 2004.

Avez - vous de questions ?

Contactez - nous

Veuillez calculer 5 plus 4.